Votre site de petites annonces automobiles

Partagez l'infos !
Accueil > Actualite automobile > SUZUKI BALENO : l’invite surprise

SUZUKI BALENO : l’invite surprise

Système hybride, moteur trois cylindres essence inédit, nouvelle plateforme, prix câlins, la compacte nipponne s’inscrit dans la nouvelle politique produits prônée par Suzuki.


Pendant de la Swift, en phase de décompression (la nouvelle sera présentée à Genève), elle mérite respect et considération. Rien à voir avec une voiture « low cost ». Pour fêter son retour, Suzuki casse sa tirelire et offre 1.800 € à tout acheteur d’un pack ou d’une hybride. 

Comme dans un magasin célèbre, il se passe toujours quelque chose chez Suzuki. Un peu à l’étroit dans son costume de constructeur de 4X4, la marque nipponne élargit progressivement son rayon d’action. Une stratégie qui porte ses fruits puisqu’en 2015, les ventes ont progressé de 5.3 % en Europe (205.000 unités), la France prenant une part non négligeable dans cette ascension grâce à la Swift, au Vitara et au S-Cross. Une simple étape. L’objectif avoué est en effet d’écouler 300.000 unités sur le Vieux Continent à l’orée 2019.

Pour ce faire, Suzuki se diversifie. Après le S-Cross, la Celério et le Vitara, avant l’ignis, le Jimny et la Swift, la Baleno prend donc ses quartiers d’été. Ceux qui suivent l’actualité automobile à la loupe se souviennent certainement de la première mouture commercialisée entre 1995 et 2003. Trop rustique, pas vraiment glamour, elle ne fut guère plébiscitée. A l’inverse du Wagon R, guère plus sexy, mais autrement plus pratique.

De la première génération, la Baleno ne conserve que le nom. Pas franchement porteur en France, mais paraît-il bien reçu sur les autres marchés, il a été imposé par le Japon.

Pendant de la Swift, en phase de décompression (la nouvelle sera présentée à Genève), elle mérite respect et considération. Rien à voir avec une voiture « low cost ». Pour fêter son retour, Suzuki casse sa tirelire et offre 1.800 € à tout acheteur d’un pack ou d’une hybride.

 

Un système hybride maison

 

Si elle ne déclenche pas d’émeute sur son passage, la Baleno n’offense nullement la morale en termes de design. La face avant est certes classique mais la partie arrière en vaut bien d’autres. Idem à bord où la qualité des matériaux dénote un certain souci du détail. La peau épaisse qui recouvre la planche de bord, ornée en son centre d’un écran couleur tactile (navigation, caméra de recul, radio etc….) compense les plastiques durs des contre portes.

Autant de place dans un véhicule de 4 m, c’est rare. La  Baleno sait recevoir ses invités (y compris à l’arrière) et leurs bagages.Dans le domaine de l’habitabilité, elle fait mieux encore. Autant de place dans un véhicule de 4 m, c’est rare. La  Baleno sait recevoir ses invités (y compris à l’arrière) et leurs bagages. Dommage que la suspension « rebondisse » parfois au contact des revêtements mal entretenus. Rien de catastrophique cependant. Lorsque l’on pousse la chansonnette, c’est-à-dire quand on monte les rapports, quelques bruits parasites rompent le silence puis disparaissent une fois le régime de croisière atteint.

La nouvelle plateforme qui a permis de gagner 30 kg, se révèle d’un précieux concours. Au chapitre motorisations, le 1 l « boosterjet » 3 cylindres, injection directe, turbo, 111 cv respire la santé. Mais la grosse nouveauté c’est la version hybride simplifiée (SHVS) associée au bloc quatre cylindres 90 cv, également livrable en configuration thermique classique.

Plutôt que de faire appel à un partenaire, Suzuki a opté pour une solution maison rationnelle, plus économique. En résumé, la version hybride est équipée d’un alterno démarreur situé à l’avant du moteur servant à recharger la batterie au plomb. Celle au lithium, logée sous le siège passager, épaule le moteur thermique dans les phases d’accélération générant ainsi une dose de couple supplémentaire (50 Nm) et un gain en consommation évalué à 0.6 l par le constructeur. Sur un parcours mixte route-autoroute nous avons à peine dépassé les 5 l.  

Si elle n’a pas la prétention de défier les vedettes du segment que sont la Clio, la Polo, la Fabia et la Fiesta, la Baleno affiche un savoir-faire qui pourrait lui valoir quelques suffrages. A condition de se faire connaître et reconnaître.

 

Jacques FRENE

 

LA BALENO EN BREF :

Longueur, largeur, hauteur, empattement : 3.995 m, 1.745 m, 1.460 m  (hybride : 1.470 m), 2.520 m

Volume du coffre : 355 à 1.085 l

Contenance réservoir : 37 l

Motorisations, consommation moyenne, CO2, prix :

1.2 l, 90 cv, boîte mécanique 5, 4.2 l, 98 g : 14.490 et 16.190 €

1.2 l, 90 cv hybride, boîte mécanique 5, 4 l, 94 g : 17.150 €

1 l 3 cylindres, 111 cv, boîte mécanique 5, 4.9 l, 115 g : 17.390 et 18.890 €

Peinture métallisée : 490 €

 

Pour : Prix concurrentiels, présentation et style, finition correcte, version hybride, espace disponible à bord, caractère enjoué

Contre : Réactions de suspension, sièges pas suffisamment enveloppants, bruits de roulement ainsi qu’en montée de régime

 

 

 

Mitsubishi space star : toilettage de printemps

 

Disponible en neuf teintes de carrosserie dont deux nouvelles, Orange Samba et Pourpre Charleston, deux coloris intérieurs, noir ou noir-ivoire, la citadine nipponne exhibe une face avant plus « punchie » caractérisée par une calandre verticale élargie, des boucliers redessinés, l’adjonction de chromes et de feux à LED à l’arrière.
Les jours rallongent, les robes raccourcissent, les cabriolets ressortent du garage, les constructeurs lancent des séries limités ou ont recours au restylage. Mitsubishi a choisi cette dernière solution pour sa citadine Space Star, assemblée en Thaïlande.

Disponible en neuf teintes de carrosserie dont deux nouvelles, Orange Samba et Pourpre Charleston, deux coloris intérieurs, noir ou noir-ivoire, la citadine nipponne exhibe une face avant plus « punchie » caractérisée par une calandre verticale élargie, des boucliers redessinés, l’adjonction de chromes et de feux à LED à l’arrière.

Ces modifications impliquent une légère augmentation du porte-à-faux avant (1,5 cm) et de la longueur 3.795 m (+ 85 mm). A bord, les cadrans noirs sur fond blanc, le cerclage des instruments, les surpiqûres sur les sièges apportent une note de gaîté bienvenue. Un faux plancher de coffre permet d’obtenir une surface plane une fois la banquette 1/3 2/3 rabattue.

La version 1.2 l 80 cv, essence trois cylindres, stop/start, boîte CVT Intense (15.590 €) et sa déclinaison Sélection Intense CVT (16.240 €) sont pourvues du régulateur de vitesse, de la climatisation automatique, du système Bluetooth, des jantes alliage 14 pouces mais pas de la navigation. A noter que toutes les versions disposent désormais de l’aide au démarrage en côte. Si le paramétrage de la direction assistée électrique apporte une touche de fermeté, les phénomènes de patinage et les nuisances sonores liés à la boîte CVT persistent. La Space Star monte certes en grade mais ses prix restent dissuasifs comparés à ceux de ses concurrentes européennes.

Prix :

1 l 3 cylindres essence 71 cv, bvm 5,  92 ou 96 g : de 10.890 à 13.140 €

1.2 l 3 cylindres essence 80 cv, bvm 5 ou CVT, 95 ou 96 g : de 14.490 à 16.240 €

 

 

Actus auto

Partager cette page avec un ami

Merci de renseigner votre nom et une adresse email valide !

Merci, votre ami va recevoir un email.