Votre site de petites annonces automobiles

Partagez l'infos !
Accueil > Actualite automobile > Le Peugeot 2008 CHANGE DE STATUT

Le Peugeot 2008 CHANGE DE STATUT

En prélude au lancement d’un tout nouveau 3008, la marque sochalienne revisite son 2008. L’opération de chirurgie esthétique pratiquée lui permet désormais de revendiquer l’étiquette de SUV.

Concrètement, les modifications concernent la face avant (calandre droite, capot), les entourages de roues, les sabots de protection. L’ensemble met en exergue le côté baroudeur chic et sympa. Comme quoi il faut parfois un peu d’imagination pour changer la personnalité d’un véhicule.

 

Qu’est-ce qu’un SUV ? Dans l’esprit du plus grand nombre, c’est une auto montée sur des « échasses », vaguement baroudeuse, offrant une visibilité périphérique bonifiée, une position de conduite sécurisante et le cas échéant une modularité proche de celle d’un monospace.

Cette définition, sans doute un peu réductrice, reflète néanmoins assez fidèlement la réalité. Le 2008 première génération collait en tout cas à ce portrait-robot. Sauf qu’il manquait singulièrement de « gnac » pour reprendre une terminologie rugbystique. Plus break que SUV, il soutenait mal la comparaison avec le Captur, incontestablement plus déluré mais aussi nettement moins convaincant  pour tout ce qui touche à la qualité de finition.

Le carton réalisé par Renault avec son Captur aura au moins fait prendre conscience à Peugeot de la nécessité de revoir sa copie. Et notre petit doigt nous dit que la cure de thalassothérapie qu’il vient de s’offrir va lui permettre d’élargir son horizon et de rebondir.

 

 

Une GT Line sport chic

 

 

Partant du principe que l’on ne change pas une équipe qui gagne, Peugeot s’est borné à « repeindre » l’édifice sans toucher à l’essentiel (trains roulants, moteurs, boîtes et habitable). Sage mesure. Car sur le plan du comportement routier, du confort, il n’a pas ou peu d’équivalent sur le marché. Peugeot n’a pas davantage touché à l’intérieur cockpit qui suscita quelques critiques au début avant de réunir un large consensus.

Concrètement, les modifications concernent la face avant (calandre droite, capot), les entourages de roues, les sabots de protection. L’ensemble met en exergue le côté baroudeur chic et sympa. Comme quoi il faut parfois un peu d’imagination pour changer la personnalité d’un véhicule.

Peugeot n’a pas davantage touché à l’intérieur cockpit qui suscita quelques critiques au début avant de réunir un large consensus.Cette opération restylage coïncide avec le lancement d’une version GT Line à dominante rouge et noire. Une mode lancée par la 308. Au menu de base : jantes 17 pouces, pédalier aluminium, vitres latérales et lunette sur-teintées, barres de toit noires, canule d’échappement chromée, surpiqûres rouges, chromes. Largement de quoi justifier le label sport-chic.

Cette version spécifique hérite, comme la Crossway, du grip control de série. Un dispositif permettant de se sortir des mauvais pas. Grâce à une molette on peut actionner l’un des cinq modes proposés : standard, neige, tout chemin, sable, voire ESP off lequel désactive l’ESP et le grip control jusqu’à 50 km/h. Le tout est « arrosé » de pneumatiques Goodyear « mud and snow » (boue et neige) homologués pour circuler en hiver.

 

Jacques FRENE

 

 

Le peugeot 2008 EN BREF

 

Longueur, largeur, hauteur, empattement : 4.159 m, 1.739 m, 1.829 m, 2.537 m

Volume du coffre : 410 à 1.400 l

Contenance réservoir : 50 l

Motorisations, consommation moyenne, CO2, prix :

1.2 l 82 cv, bvm 5, 4.9 l, 114 g (boîte pilotée 5 : 4.4 l, 102 g) : 16.050 à 21.100 €

1.2 l 110 cv, bvm 5, 4.4 l, 103 g (boîte auto 6 : 4.8 l, 110 g) : 19.750 à 24.650 €

1.2 l 130 cv, bvm 6, 4.8 l, 110 g : 22.650 à 24.300 €

1.6 l HDI 75 cv, bvm 5, 3.7 l, 97 g : 17.700 à 19.600 €

1.6 l HDI 100 cv, bvm 5 : 3.5 l, 90 g ou 3.7 l, 97 g (boîte auto 6 : 3.6 l, 95 g) : 21.000 à 24.600 €

1.6 l HDI 120 cv, bvm 6, 3.7 l, 96 g : 24.150 à 25.800 €

 

Pour : Modifications esthétiques efficaces, qualité des matériaux, trains roulants, plancher de coffre plat, grip control en option (300 €) sauf sur 130 cv

Contre : Boîte mécanique 6 uniquement sur version 130 cv essence, accoudoir central en option à l’intérieur d’un pack (prix à préciser), dossier de siège passager avant non rabattable

 


UN SIX CYLINDRES POUR L’AMAROK

 

Le modèle de lancement baptisé Amarok Aventura sera doté d’un arceau sport, de jantes 20 pouces, de projecteurs bi-xénon et de feux de jour à LED.L’Amarok, le dur à cuire de la gamme Volkswagen, offrira à la rentrée une nouvelle variante moteur, en l’occurrence un 3 l V6 turbo diesel offrant une puissance maximale de 224 cv pour un couple de 550 Nm à 1.500 tours, soit un gain de 130 Nm comparé à celui du modèle antérieur.

Cette montée en puissance est destinée à contrer l’offensive de Mitsubishi et de Ford qui viennent de repositionner et de rafraîchir leur L 200 et Ranger.

Trois niveaux de puissance seront proposés à l’acheteur. Outre le 224 cv, Volkswagen utilitaires commercialisera un 163 et un 204 cv. Trois versions figureront au catalogue : une propulsion simple, une 4 Motion traction arrière et essieu avant enclenchable, boîte manuelle ou intégrale permanente avec différentiel Torsen, boîte automatique 8 rapports.

Le modèle de lancement baptisé Amarok Aventura sera doté d’un arceau sport, de jantes 20 pouces, de projecteurs bi-xénon et de feux de jour à LED.

 

 

 

Actus auto

Partager cette page avec un ami

Merci de renseigner votre nom et une adresse email valide !

Merci, votre ami va recevoir un email.